Le networking, une démarche qui peut vous rapporter gros

This guest post about the importance of networking for freelancers is from Françoise Sauser at Ceci-cela Communication. You can find the English version of this post here

Vous dirigez votre propre entreprise ou travaillez comme indépendant ? Vous savez donc que le réseautage est l’outil marketing le plus efficace pour votre activité professionnelle. Grâce au networking, vous nouerez des contacts, ferez connaître votre société et décrocherez de nouveaux mandats. Mais pas que…

J’ai franchi le pas de l’indépendance en 2007, d’abord sous la raison sociale DEF-Trad, puis celle de Ceci-cela Communication. Je n’ai jamais regretté cette décision tant ce mode de travail m’offre d’avantages : flexibilité, diversité, liberté, responsabilité, etc.

En tant qu’indépendant, tout n’est cependant pas rose. Il faut se créer chaque jour des opportunités de travail.  Certains de mes clients me suivent depuis le début. D’autres sont plus récents, voire juste ponctuels. Mais à quelques rares exceptions, j’ai toujours décroché mes mandats et mes clients grâce aux recommandations de connaissances communes – anciens collègues, amis, amis d’amis, etc. – ou par l’intermédiaire des réseaux sociaux, dont LinkedIn.

Networker : IRL ou en ligne ?

Vous pouvez réseauter IRL (in real life), par exemple en assistant à des soirées destinées au networking, de type afterwork.  Je vous recommande plutôt de vous inscrire à des associations professionnelles et de participer à leurs ateliers et formations. Personnellement, j’assiste aux conférences annuelles l’Association suisse des traducteurs, terminologues et interprètes ASTTI. Je participe également aux events du Swiss Marketing Club Neuchâtel, qui sont suivies d’un apéritif de networking. Les manifestations de ce type se révèlent plus intéressantes et les rencontres plus ciblées.

À l’heure de la toute-puissance des médias sociaux, vous pouvez – et DEVEZ – également vous faire connaître et reconnaître via les réseaux sociaux. J’utilise les plus connus d’entre eux : Facebook pour mon profil privé, et LinkedIn pour mon profil professionnel et mon entreprise Ceci-cela Communication. Les deux me permettent régulièrement de décrocher des mandats.

Quel que soit le canal choisi, mon conseil est d’exploiter toutes les situations et les occasions pour étendre votre réseau et assoir votre réputation. Cela ne vous coûtera rien, mais peut vous rapporter gros, et ce à plusieurs niveaux.

Avantages du networking

De nombreux articles sur Internet vous expliqueront où, comment réseauter et pourquoi le faire. Je vous présente ci-dessous les avantages que je retire du networking pour mon activité professionnelle.

Nouvelles affaires

On ne va pas se mentir, on networke avant tout pour obtenir de nouveaux mandats. Vous devez donc multiplier les occasions de parler de votre activité et de distribuer votre carte de visite. Pour autant, les affaires se concluent rarement à la première rencontre. Il vous faudra encore relancer votre interlocuteur et proposer un nouvel entretien. Envoyez-lui, par exemple, un e-mail pour prendre de ses nouvelles et faire en sorte qu’il se souvienne de vous. Proposez-lui un café pour poursuivre la conversation.

Avantages économiques

Au-delà de la possibilité de générer des affaires, le réseautage vous offre des avantages d’ordinaire payants. Avec Sedat Adiyamann, en particulier, nous faisons du troc de services : je rédige des communiqués de presse pour Coworking Neuchâtel ; en échange, il me prodigue des conseils en créativité. Avec Samantha Oberholzer, rédactrice anglophone et fondatrice de SO many words, nous rédigeons des articles pour alimenter nos blogs respectifs. En février dernier, elle publiait sur Ceci-cela un article sur la collaboration entre rédacteurs et traducteurs. Pour finir, je collabore régulièrement avec des confrères sur des gros projets de traduction. À plusieurs, nous avons plus de chances de décrocher des mandats trop volumineux pour une seule personne.

Pour que ces échanges fonctionnent, vous devez vous entourer de partenaires qui ont le même état d’esprit que vous. C’est-à-dire qui ne se considèrent pas comme vos concurrents, mais des alliés qui recherchent le succès en s’aidant mutuellement. L’union ne fait-elle pas la force ?

Inbound marketing : donner pour recevoir

« Aide-toi et le ciel t’aidera », écrivait Jean de la Fontaine. En matière de réseautage, je dirais plutôt: « Aide les autres et les autres t’aideront ». Au cours de mes 20 années d’expérience, j’ai constaté qu’en rendant service sans contrepartie à mes collègues ou aux membres de mon réseau (en corrigeant leur plaquette ou traduisant une présentation, etc.), je suscitais leur bienveillance à mon égard. Et qu’à leur tour, ils n’hésiteraient pas à me dépanner lorsque j’aurais besoin de leur soutien.

Dans le même temps, je démontrais aussi mon expertise en matière de communication. Cette approche qui consiste à prouver que l’on est capable de répondre à un besoin, potentiel ou exprimé, de clients avant même que ceux-ci ne s’intéressent à vous s’appelle l’inbound marketing.

En 2018, le networking est devenu une activité à la mode. Et même parfois juste un prétexte pour boire un verre dans un cadre agréable avec des personnes intéressantes.  Pour les indépendants, réseauter est une question de survie. Qu’il se pratique en ligne ou hors ligne, le réseautage offre de nombreux avantages : commerciaux, économiques, intellectuels, pour n’en citer que quelques-uns. J’ajouterais que chaque nouvelle rencontre constitue avant tout un enrichissement personnel.


20170211_223718-700x794.jpg

À propos de l’auteur

Françoise Sauser est rédactrice et traductrice francophone. A la tête de Ceci-cela Communication basée à Neuchâtel, elle rédige et traduit en français des textes pour de grandes entreprises et plusieurs départements fédéraux. Ses textes sont créatifs et percutants. Confiez-lui votre message : elle saura le valoriser ! Suivez Françoise Sauser sur LinkedIn.

(Main photo by rawpixel.com on Unsplash)